Vos 3 lieux préférés pour tromper votre femme (ou votre mari)

Les clichés ont la vie dure. Ainsi, l’opinion publique reste persuadée que les hommes, forcément infidèles, cèdent à la tentation lors de 5 à 7, à l’hôtel ou dans des garçonnières comme Dominique Strauss-Kahn, de préférence avec leur jolie secrétaire blonde et callipyge.

Au bureau ? Oui, mais…

En réalité, il n’en est rien. Les 37% de femmes persuadées que leur mari les tromperait plus volontiers «à la fête de Noël du bureau» se fourvoient – même si une étude Monster révélait l’an dernier qu’un tiers des couples s’est formé au bureau. Une étude menée auprès de 2000 hommes mariés, âgés de 25 à 45 ans vient de révéler quel était le lieu préféré de ces messieurs pour s’adonner à la tromperie, et les résultats sont pour le moins… surprenants !

A un mariage !

D’après cette enquête, relayée par le DailyMail, les hommes trompent plus souvent leur femme… à une fête de mariage ! Ambiance décontractée, demoiselles d’honneur célibataires, invités sur leur 31, alcool coulant à flot et parfois même chambres d’hôtes à disposition, l’option «tromper ma femme pendant un mariage» arrive en tête des réponses données, soit 32%. Près d’un homme sur trois s’imagine donc culbutant la mariée ou la Pippa Middleton locale… Mais la veille du mariage aussi lors de la soirée d’enterrement de vie de garçon (27%).

Enfin, Mesdames vous vous en doutiez, la fête de Noël du bureau (pour 21%, s’envoyer la secrétaire entre deux verres de cidre et deux canapés au pâté n’est donc pas ringard) et enfin…

… à une réunion de parents d’élèves

Vous pensiez que la présidente des délégués de parents, avec son chignon, son air pimbêche et sa cellulite post-grossesse, ne représentait pas un risque pour votre couple ? Que nenni ! Elle, la gentille institutrice ou la dame de service exotique, elles incarnent la tentation pour près d’1 homme interrogé sur 10, qui considère que l’école est un lieu tout à fait adapté à un petit coup de canif dans le contrat (de mariage). Il faut dire que la proportion d’hommes se rendant à une réunion de parents reste encore minime, et que la concurrence n’est pas rude sur place…

Chantage à la tromperie ?

Mais, et si cette étude avait pour but de nous inciter à nous rendre nous-même aux réunions de parents, aux mariages et aux autres corvées mondaines ? Pour la prochaine étude, pensons nous aussi à faire passer des messages : «Chéri, si je vais faire les courses sans toi, je risque fort de copuler avec le magasinier de Carrefour… Après, c’est toi qui vois, si tu préfères y aller sans moi, pas de souci !»

 

Moralité: Les filles bien n’avalent pas, elles trompent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s