Prends ton pied

Prendre son pied, à l’origine, signifie « prendre sa part du butin ». Les pirates se partageaient ledit butin entre eux et chacune en avait une partie, un « fade »: prendre son fade est donc peu à peu devenu « prendre son pied ». Un pied, symbole du sale, du « par-terre », du mépris (« je piétine ») de l’ennui, peut-il donc être associé à l’érotisation ?

 

Oui, pour William Rossi, auteur de Erotisme du pied et de la chaussure. Et il n’est pas le seul ! Un mec me confiait récemment

 » Les seins, les fesses, ça ne m’intéresse pas. Je peux coucher avec une fille moche, borgne, plate, grosse, tout mais pas avec une fille qui a de vilaines chaussures. »

Sur les sites pornographiques, les mots clés « masturbation avec les pieds » ou plus vulgairement « branle avec les pieds » sont parmi les plus recherchés par les internautes. Un attrait mignon (chatouilles, caresses, massages de réflexologie plantaire) qui peut tout de même virer au fétichisme assez rapidement.

 

Illustration: Rodin a souvent insisté sur les détails de pieds des femmes dans ses sculptures ou dans ses aquarelles.

La psychologue Nicole Dubreuil explique que cet attrait sexuel pour les pieds des femmes renvoie à une forme de refoulement de son homosexualité. (Ben voyons). Choqués de découvrir, vers 5-6 ans, que les petites filles n’avaient pas de pénis, certains garçons se sont mis à fantasmer une sorte de palliatif: le pied. Nicole Dubreuil se réfère à Freud, même si certains sexologues préfèrent aujourd’hui parler de goûts et de sexualités variés, pour les pieds comme pour le reste.

Mais si vous êtes un/e fétichiste des pieds et que vous en avez honte, rassurez-vous il y a pire: un pédionychophage.

C’est toujours chic à ressortir pour briller dans les dîners en ville.

 

Moralité: les filles bien n’avalent pas, elles prennent leur pied.

 

Marie Minelli